Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Collège
Dossiers
Rémunérations
Retraite
Le SNALC
Avantages SNALC
Le SNALC dans les médias
Mobi SNALC
Les Actualités
Les Parcours - La Carrière
Echelons, corps, grades
Formation, concours, stagiaires
Mutations, détachements
Les publications
Fiches Infos
Guides
La revue Quinzaine Universitaire
Le bulletin trimestriel
Lettres électroniques
Lettre hebdomadaire
Lycée
Lycée professionnel
Premier Degré
Second Degré

“Choc des savoirs” : pas de blanc-seing

© man refusing to sign a document

Le SNALC sait que notre Ministère est passé maître dans l’art de transformer de bonnes idées en dispositifs néfastes. C’est pourquoi nous avons demandé une audience[1] au Ministre le 22 décembre 2023, notamment sur le collège.

Des points d’accord

Le SNALC a salué l’annonce d’un redoublement à la main des professeurs et s’est fait confirmer que l’idée n’était pas son retour en force, mais son recentrage sur les professeurs. Pour le Ministre comme pour nous, il s’agit, a fortiori au primaire, que l’enseignant, le professionnel, puisse dire que les acquis ne sont pas assez solides pour avancer.

La réforme du brevet a plutôt été un point de convergence. Un poids accru pour les épreuves, un contrôle continu basé sur les moyennes et la nécessité d’obtenir le diplôme pour accéder à une seconde, quelle qu’elle soit, peuvent convenir au SNALC. Mais il faut éviter les effets pervers apparus au lycée où des proviseurs mettent désormais une forte pression sur les notes pour satisfaire des objectifs ou des parents mécontents.

Des points d’attention

Pour le SNALC, les groupes de niveau sont un plus. Mais à certaines conditions. Tout d’abord, les élèves en difficulté doivent être dans des groupes restreints. Sur ce point, le Ministre a répondu que l’effectif fixé serait de 15. Pour le SNALC, cela devra être gravé dans le marbre.

Ensuite, il faut se laisser le temps, en sixième, de connaître les élèves, car les professeurs sont les mieux placés pour former les groupes. Les évaluations de sixième et la liaison école-collège ne sont pas les bonnes entrées, surtout quand on prétend réaffirmer l’autorité de l’enseignant.

Enfin, pour le SNALC, la troisième peut être le temps du retour au groupe classe. L’objectif du brevet et trois ans de groupes de niveaux peuvent déjà avoir des effets positifs. Par ailleurs, le SNALC ne veut pas que les professeurs de français et de mathématiques soient empêchés d’être professeurs principaux.

Le Ministre a été attentif à nos arguments. Les débats ont été riches, semblant faire bouger des lignes. Le SNALC reste vigilant et se positionnera sur les textes qui seront proposés, pour le bien des élèves et des professeurs.


[1] https://snalc.fr/audience-ministre-22-decembre-2023/ et https://snalc.fr/exigence-des-savoirs-compte-rendu-du-snalc-du-13-decembre-2023/

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi