Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Collège
Dossiers
Rémunérations
Retraite
Le SNALC
Avantages SNALC
Le SNALC dans les médias
Mobi SNALC
Les Actualités
Les Parcours - La Carrière
Echelons, corps, grades
Formation, concours, stagiaires
Mutations, détachements
Les publications
Fiches Infos
Guides
La revue Quinzaine Universitaire
Le bulletin trimestriel
Lettres électroniques
Lettre hebdomadaire
Lycée
Lycée professionnel
Premier Degré
Second Degré

Formation initiale : transformer l’or en plomb

© hammer, line of nails and curved nail in wooden board

Lors d’un groupe de travail, l’annonce d’un concours disciplinaire à Bac+3 suivi d’une formation de deux années – la première consacrée pour 25 % à de l’observation, la seconde pour 50 % à de l’enseignement – menant à la titularisation et à l’obtention d’un Master avait suscité l’intérêt du SNALC. Le SNALC a demandé une audience pour en savoir plus ; nous avons alors découvert des éléments plus que gênants.

Sur le contenu du concours, rien de neuf. Le Ministère a réaffirmé qu’il serait disciplinaire.

Sur le contenu des deux années de formation, aucune information supplémentaire. Mais le Ministère s’est engagé à travailler à un cahier des charges incitant les universités à proposer des contenus disciplinaires solides et des contenus didactiques ne confinant pas au formatage.

Dont acte.

Sur les contenus, le SNALC reste donc intéressé. Ce sont certaines modalités de mise en œuvre qui nous inquiètent.

En premier lieu, le SNALC l’a toujours affirmé : le Master passé au bout des deux ans ne doit pas obligatoirement être un MEEF. Il faut que les jeunes professeurs puissent passer un Master de recherche afin d’ouvrir potentiellement sur un parcours de thèse ou sur le passage d’une agrégation externe. Le Ministère a eu du mal à comprendre cette idée et ne semble pas l’entendre ainsi. Il tend vers un seul Master mais le souhaite plus disciplinaire. Pour le SNALC, c’est donc insuffisant.

Ensuite, intéressons-nous à la rémunération. La première année, les élèves fonctionnaires seront rémunérés au SMIC. Ils n’intégreront la grille de leur corps qu’en seconde année. Le SNALC a interrogé le Ministère quant à ce statut d’élèves fonctionnaires, qui nous inquiète. Et, en creusant la discussion, nous avons découvert un gros point bloquant.

En entrant dans la formation, le futur professeur s’engagerait à rester 5 ans dans le métier, faute de quoi il devrait rembourser les sommes perçues durant sa première année.

Pour le SNALC, lorsque l’on prétend lutter contre le manque d’attractivité du métier, un tel statut est incompréhensible. Le SNALC ne peut que regretter cette manie de transformer de bonnes idées en bidules inacceptables.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi