Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Collège
Dossiers
Rémunérations
Retraite
Le SNALC
Avantages SNALC
Le SNALC dans les médias
Mobi SNALC
Les Actualités
Les Parcours - La Carrière
Echelons, corps, grades
Formation, concours, stagiaires
Mutations, détachements
Les publications
Fiches Infos
Guides
La revue Quinzaine Universitaire
Le bulletin trimestriel
Lettres électroniques
Lettre hebdomadaire
Lycée
Lycée professionnel
Premier Degré
Second Degré

Hors classe : vers un grade de transition ?

© Growth blocks steps isolated on white background.

Le grade est accessible à partir de 2 années dans le 9échelon de la classe normale. Le temps pour y accéder dépend principalement de l’appréciation émise lors du 3e rendez-vous de carrière (RDVC).

Pour le changement de grade, 50 points séparent l’appréciation « excellent » de celle « à consolider » dans le second degré, soit 5 années d’ancienneté à 10 points par an. D’où l’importance de former un recours avec l’aide du SNALC pour avoir la meilleure appréciation possible.

Le taux de promotion augmente chaque année d’un point passant de 17 à 23 % des promouvables en 2025. La part des personnels au 11e échelon diminue, d’autant qu’ils sont de moins en moins nombreux. Depuis 2022, ce sont les personnels au 10e échelon qui sont majoritairement promus chez les agrégés. Pour l’ensemble des autres corps du second degré, 62.3 % des promus sont au 10e échelon en 2022, avec des disparités selon les corps et académies. Idem chez les professeurs des écoles avec 57 % des promus au 10e échelon. Dans l’ensemble des corps, les rares promus au 9e échelon le sont souvent parce que proches de la retraite afin de garantir l’accès au deuxième grade, sans toujours prendre en compte la notion de carrière complète. Il est vrai qu’avec l’âge repoussé de départ à la retraite, il devenait rare de finir sa carrière au premier grade. Ce n’est donc nullement un progrès dû au protocole PPCR pour les corps enseignants, mais simplement une donnée démographique : l’âge moyen des agrégés promus baisse légèrement (50,9 ans en 2022, 51,7 ans en 2021). Il diminue également pour les autres corps du 2d degré (50,4 ans au lieu de 51 ans) et pour les professeurs des écoles (48,83 ans en 2020 à 48,35 ans en 2021 et 48,08 ans en 2022).

Rappelons que lors de sa création, le grade hors classe était contingenté. Le passage à un rapport « pro/pro », c’est à dire à une part fixée à l’avance de promouvables ayant vocation à être promus, garantit des promotions chaque année. Ainsi les agrégés hors classe sont aujourd’hui 28 % du corps. Chacun comprend l’importance de ce système pour l’accès au dernier grade qu’est la classe exceptionnelle. Ainsi, le grade hors classe est atteint de plus en plus tôt par des personnels ayant une carrière de plus en plus longue. Ce grade n’est plus considéré par ceux qui s’y trouvent comme la fin de leur carrière, mais comme un grade intermédiaire, et non plus comme un grade de débouché tel qu’il est encore défini.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi