Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Collège
Dossiers
Rémunérations
Retraite
Le SNALC
Avantages SNALC
Le SNALC dans les médias
Mobi SNALC
Les Actualités
Les Parcours - La Carrière
Formation, concours, stagiaires
Mutations, détachements
Les publications
Fiches Infos
Guides
La revue Quinzaine Universitaire
Lettres électroniques
Lettre hebdomadaire
Lycée
Lycée professionnel
Premier Degré
Second Degré

Incidents à l’Assemblée nationale : déclaration intersyndicale et courrier à la présidente

Déclaration intersyndicale suite à l’audition bilan de rentrée à l’Assemblée nationale

Nos organisations FSU, UNSA Education, Fnec-FP-FO, SGEN-CFDT, CGT Educ’action, SNALC et Sud Éducation ont participé mercredi 20 septembre à une table ronde sur la rentrée 2023 dans le 1er et le 2d degré organisée par la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale. Toutes nos organisations ont pointé les problèmes rencontrés à cette rentrée : crise du recrutement, salaires, conditions de travail, inclusion et situation des AESH…

En guise de réponse, nous avons reçu de la part de députés Renaissance et Rassemblement national des propos dénigrants, voire insultants. Ainsi Mme Riotton (députée Renaissance) a pointé notre « ton caricatural » et a remis en cause notre représentativité. Puis M. Odoul (député RN) a comparé la séquence pendant laquelle nous nous sommes tous exprimés à « un sketch des Inconnus ». Enfin, M. Chudeau (député RN) a jugé les propos de certains d’entre nous « ridicules et totalement déplacés », nous enjoignant à « nous mettre au niveau » et « à baisser d’un ton » et menaçant de ne pas nous inviter l’an prochain. Tout cela s’est déroulé sans intervention de la présidente de la commission, Mme Rauch (Horizons). Nous avons alors fait le choix de quitter la séance.        
Nous dénonçons des propos inacceptables. La remise en cause de notre légitimité, pourtant issue des élections professionnelles, les propos moqueurs et dénigrants sont autant de marques de mépris envers nos organisations, mais aussi une forme de mépris pour la réalité que vivent tous nos collègues et les élèves dans les écoles, collèges et lycées.

Nous nous sommes adressés à la présidente de l’Assemblée nationale pour l’interpeller sur les propos tenus qui n’honorent pas la démocratie, dont le respect est un des constituants.
Dans la grave crise que traverse notre système éducatif, il y a urgence à ce que les organisations syndicales représentatives soient enfin écoutées et respectées. Il en va de l’avenir de notre service public d’Éducation.

 À Paris, le 21 septembre 2023  

Courrier intersyndical à Mme Yaël Braun-Pivet, Présidente de l’Assemblée nationale

Madame la Présidente de l’Assemblée nationale,       

Nos organisations FSU, UNSA Education, Fnec-FP-FO, SGEN-CFDT, CGT Educ’action, SNALC et Sud Education ont répondu à l’invitation de la commission des affaires culturelles et éducation de l’Assemblée nationale pour participer à une table ronde sur la rentrée 2023 dans le 1er et le 2d degré. Nous jouons ainsi pleinement notre rôle d’organisations syndicales : représenter nos collègues, porter leur parole, vous faire connaître nos projets et propositions pour l’École.

Cette audition s’est déroulée le mercredi 20 septembre. Toutes nos organisations ont pointé les problèmes rencontrés à cette rentrée : crise du recrutement, salaires, conditions de travail, inclusion et situation des AESH…         

En guise de réponse, nous avons reçu de la part de députés Renaissance et Rassemblement national des propos dénigrants, voire insultants. Ainsi Mme Riotton (députée Renaissance) a pointé notre « ton caricatural », a affirmé que nous ne faisions pas honneur aux personnels que nous étions « censés  représenter ». C’est très clairement une remise en cause notre représentativité. Puis M.Odoul (député RN) a comparé la séquence pendant laquelle nous nous sommes tous exprimés à « un sketch des Inconnus ». Enfin, M.Chudeau (député RN) a jugé les propos de certains d’entre nous « ridicules et totalement déplacés », nous enjoignant à « nous mettre au niveau » et « à baisser d’un ton » et menaçant de ne pas nous inviter l’an prochain. Tout cela s’est déroulé sans intervention de la présidente de la commission, Mme Rauch (Horizons). Face à ces propos inacceptables, nous avons fait le choix de quitter la séance.

Nous sommes des organisations représentatives élues démocratiquement lors des élections professionnelles qui se sont déroulées en décembre 2022. Nous tirons notre légitimité du vote des personnels de l’Éducation nationale. Il est inacceptable et même dangereux que des députés remettent en cause ce principe qui fonde notre démocratie. Quant aux propos moqueurs, dénigrants, voire insultants, nous les prenons comme du mépris, et quelque part, comme une forme de mépris pour la réalité que vivent tous nos collègues et les élèves dans les écoles, collèges et lycées.       

Madame la Présidente de l’Assemblée nationale, vous êtes la garante de la bonne tenue des débats au sein de l’hémicycle. Nous sommes attachés à la démocratie, à la faire vivre, et c’est bien dans cet état d’esprit que nous avons répondu à cette invitation. Nous sommes profondément heurtés et choqués par ces évènements. Nous espérons que vous pourrez nous apporter une réponse qui confortera les principes élémentaires du débat et de la démocratie.      
Nous sommes tout à fait prêts à venir exposer nos constats et analyses sur cette rentrée 2023 dans un climat respectueux. 

Soyez assurée, Madame la Présidente de l’Assemblée nationale, de nos respectueuses salutations.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi

MUTATIONS INTER
2023-2024
Saisie des vœux
mouvement interacadémique 
du 7 novembre au 16 décembre
mouvement interdépartemental 
du 8 au 29 novembre 2023