Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Collège
Dossiers
Rémunérations
Retraite
Le SNALC
Avantages SNALC
Le SNALC dans les médias
Mobi SNALC
Les Actualités
Les Parcours - La Carrière
Echelons, corps, grades
Formation, concours, stagiaires
Mutations, détachements
Les publications
Fiches Infos
Guides
La revue Quinzaine Universitaire
Le bulletin trimestriel
Lettres électroniques
Lettre hebdomadaire
Lycée
Lycée professionnel
Premier Degré
Second Degré

La répartition des élèves et le choix des classes

© Elementary education in Latin America

À cette période de l’année, il est habituel de préparer la prochaine rentrée avec notamment l’attribu­tion et la répartition des classes et des élèves. Selon les problé­matiques de l’école (fermeture/ ouverture de classes, mutations, etc.), la réunion sur ce sujet peut parfois être source de tensions. Le SNALC vous rappelle les textes en vigueur.

Quelles sont les attributions du direc­teur ? La règle de l’ancienneté et donc de la priorité sur un niveau de classe est-elle valable ? Qui arrête la composition des classes ? Au­tant de questions qui sont tranchées par l’article R411-11 du Code de l’éduca­tion : « Le directeur d’école […] après avis du conseil des maîtres, répartit les élèves dans les classes et les groupes. » Cette compétence est rappelée au BO n°7 du 7 décembre 2014 dans le référentiel métier des directeurs d’école.

Ainsi, avant toute décision, le directeur d’école doit réunir le conseil des maîtres afin de recueillir l’avis des enseignants. Lors de cette concertation, une – ou plusieurs – possibilité de répartition des élèves dans les différents niveaux est pré­sentée à l’équipe. Il faut tenir compte, par exemple, des enfants avec un PPS, des éventuels départs ou arrivées prévus en cours d’année, du plafonnement des CP et CE1 à 24 élèves par classe, etc. D’une manière générale, l’intérêt des élèves et le futur bon fonctionnement pédagogique de l’école doit guider la réflexion.

Parallèlement, la question implicite du choix de l’enseignant sur la classe est éga­lement posée. Il est déconseillé d’attribuer un CP à un enseignant stagiaire ou débu­tant. Quid des éventuels doubles niveaux ? Certaines classes nécessitent également du temps, de l’engagement et une cer­taine expérience : la liaison CM2-6e, la liaison GS-CP, les classes à projet etc.

Enfin, il n’existe aucun texte indiquant que le maître le plus ancien dans l’école choi­sit sa classe ou qu’en cas de litige, l’IEN « trancherait ».

Le directeur a donc théoriquement tous les pouvoirs sur cette question. C’est même une de ses rares prérogatives. Le SNALC rappelle cependant, qu’afin de garantir un climat scolaire serein, il est important d’écouter les conseils ou les requêtes de chacun pour obtenir un consensus le plus large possible.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi