Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Collège
Dossiers
Rémunérations
Retraite
Le SNALC
Avantages SNALC
Le SNALC dans les médias
Mobi SNALC
Les Actualités
Les Parcours - La Carrière
Echelons, corps, grades
Formation, concours, stagiaires
Mutations, détachements
Les publications
Fiches Infos
Guides
La revue Quinzaine Universitaire
Le bulletin trimestriel
Lettres électroniques
Lettre hebdomadaire
Lycée
Lycée professionnel
Premier Degré
Second Degré

Le « passeport Éducfi » : malhabile qui s’y fie…

© © Ministère de l'Education nationale - Banque de France

« Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement », affirmait Boileau. Le « passeport Éducfi » relève le défi. 

Uu zeste de lexicographie afin de ne pas finir déconfit face au mot Educfi, qui signifie : éducation financière. La Banque de France, grand mamamouchi de la pédagogie boutiquière, en partenariat avec l’EN, a mis au point ce dispositif dédié aux élèves de 4e, de SEGPA et 3e prépa-métiers. Fi du conflit d’intérêt ! 

Avec Éducfi, le cours, c’est fini ! Un diaporama dicte au professeur ses phrases, à ânonner benoîtement. Même le « bonjour ! » servant d’entrée en matière, est prescrit. Difficile de faire mieux comme rhétorique didactique. On lui explique aussi comment brancher un ordinateur…Bref, il n’est pas livret à lui-même. Animateur végétatif, il n’a plus qu’à faire le poireau devant son diapo. Inutile de se prendre le chou avec cette péda à 3 francs 6 sous… 

Plus transversale que transcendantale, la philosophie Éducfi planifie l’atrophie des esprits : « L’EDUCFI ne nécessite pas de compétences professionnelles spécifiques : tous les professeurs et personnels peuvent s’engager dans cette éducation. » « 80 % des ménages français pensent que la gestion budgétaire et financière devrait être enseignée à l’école » : ainsi se justifie Éducfi… pour que les programmes aux sondages d’opinion sacrifient, que l’EN ses fiançailles à la finance sanctifie, que les compétences comportementales les disciplines liquéfient et le niveau d’expertise des professeurs disqualifient. 

Nulle réflexion sur les conditions favorisant une meilleure répartition des richesses ou la promotion de la justice sociale. Là réside l’ambition de l’EN pour les élèves : non pas instruire mais « sensibiliser » à l’épargne, prévenir surendettement et arnaques. Former ainsi des « citoyens éclairés » aux économies de bouts de chandelles. Une certitude : les euros titulaires de ce « diplôme honorifique » à quiz ne sont pas prêts de s’enrichir. Il semble destiné à de futurs précaires voués à un déterminisme à la Émile Zola. Il est pas joli, le passeport Éducfi ? (Bientôt généralisé du 1er degré au supérieur. Patience !).

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi