Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Collège
Dossiers
Rémunérations
Retraite
Le SNALC
Avantages SNALC
Le SNALC dans les médias
Mobi SNALC
Les Actualités
Les Parcours - La Carrière
Echelons, corps, grades
Formation, concours, stagiaires
Mutations, détachements
Les publications
Fiches Infos
Guides
La revue Quinzaine Universitaire
Le bulletin trimestriel
Lettres électroniques
Lettre hebdomadaire
Lycée
Lycée professionnel
Premier Degré
Second Degré

Le primaire moins prioritaire

© A young boy sits sad and lonely

Lors du CSA ministériel du 21 décembre 2023, le SNALC s’est opposé aux 650 suppressions d’ETP (Équivalents Temps Pleins) annoncées pour la rentrée 2024, même si celles-ci s’avèrent moins draconiennes que les 1 709 initialement prévues dans le Projet de Loi de Finances. 

 

DES DOTATIONS ACADÉMIQUES MAJORITAIREMENT NÉGATIVES VOIRE NULLES 

La perte d’élèves de niveau primaire en public (une baisse de 55 489 élèves est attendue à la rentrée 2024) et une moyenne prévisionnelle d’élèves par classe la plus basse jamais mesurée (21,4) justifieraient pour le ministère des suppressions de postes.

Mayotte et Guyane sont les deux seules académies à voir leur nombre d’élèves augmenter. Elles font partie des 8 académies en dotations en ETP positives avec Versailles (+200), Créteil (+130), Nice (+90), La Réunion (+55), Montpellier (+10) et la Corse (+5). Toutes les autres académies restent stables ou voient leur nombre d’ETP baisser. Les plus fortes suppressions reviennent à l’académie de Lille (-219 ETP), suivie de Paris (-125), Nancy- Metz (-120) et la Normandie (-110). 

 

DES SOUS-ESTIMATIONS POUR BEAUCOUP DE PRIORITÉS 

Le ministère estime que les moyens d’enseignement prévus (avec la suppression de 650 ETP) permettront de finaliser les dédoublements des classes de Grande Section en éducation prioritaire. Le SNALC remarque cependant que de nombreuses classes dédoublées atteignent jusqu’à 16 élèves, que ce soit par des arrivées en cours d’année ou par manque de PE dans les académies déficitaires. 

L’amélioration de la scolarisation des enfants de 2 ans dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville redevient un attendu du ministère, son taux n’ayant fait que baisser nationalement depuis 2016. La création d’Ulis et d’unités autisme (UEEA et UEMA) est aussi mise en avant comme un objectif.

Le SNALC revendique de mettre également la priorité sur le remplacement, le renforcement du RASED et la baisse des effectifs par classe. 

Aucune suppression de poste ne devrait être envisagée en primaire, là où il y a de plus en plus d’élèves à besoins particuliers en souffrance et de plus en plus de professeurs des écoles en burn-out. 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi