Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Collège
Dossiers
Rémunérations
Retraite
Le SNALC
Avantages SNALC
Le SNALC dans les médias
Mobi SNALC
Les Actualités
Les Parcours - La Carrière
Echelons, corps, grades
Formation, concours, stagiaires
Mutations, détachements
Les publications
Fiches Infos
Guides
La revue Quinzaine Universitaire
Le bulletin trimestriel
Lettres électroniques
Lettre hebdomadaire
Lycée
Lycée professionnel
Premier Degré
Second Degré

Les défaillances matérielles, une faille majeure dans les écoles

29,5 % des collègues interrogés dénombrent une entrée non autorisée et mal intentionnée dans leur école et 9,4 % en dénombrent plusieurs. Il s’agit majoritairement de parents agressifs, revendicatifs, qui viennent régler des comptes, se plaindre, sans avoir pris rendez-vous.

Il est en effet malheureusement aisé de s’introduire dans beaucoup d’écoles au détriment de la prudence la plus élémentaire. Beaucoup trop d’écoles sont de vraies passoires. D’ailleurs, 52,5 % des collègues interrogés enseignent dans une école qui n’est pas entièrement entourée d’une clôture sécurisante. Bien sûr, une clôture n’est pas la panacée mais reste le minimum pour sécuriser une école. Rappelons que les locaux sont de la responsabilité des mairies, et ce, depuis les lois fondatrices de l’école républicaine sous la IIIème République. L’enquête du SNALC montre la diversité des insuffisances relatives à ces locaux, avec une litanie de portails qui ne ferment pas ou mal, de clôtures aisément franchissables, d’absences de serrures ou d’éléments matériels détériorés qui empêchent de sécuriser les locaux.

Face à ces défauts matériels et à la très grande vulnérabilité à l’intrusion de maintes écoles, les délais de réponse des mairies sont souvent bien trop longs. Si quelques collègues ont eu des retours relativement rapides, plusieurs mois ont été nécessaires pour 20,5 % des cas, voire plusieurs années pour 16,3 % des signalements. Enfin et surtout, 41,6 % des problèmes signalés aux mairies n’ont jamais été corrigés.

Le SNALC continue à demander à l’État d’intervenir car le petit jeu de renvoi de la balle entre DSDEN et mairies a pour conséquence de laisser des failles de sécurité béantes dans beaucoup d’écoles. Sur le terrain, la seule solution consiste à saisir la FSSSCT (qui remplace les CHSCT depuis la loi de transformation de la fonction publique de 2019) par le biais des registres SST pour signaler et faire remonter les problèmes identifiés. Mais, malheureusement, ici encore, les réponses de l’administration ne sont pas toujours à la hauteur des enjeux.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi