Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Collège
Dossiers
Rémunérations
Retraite
Le SNALC
Avantages SNALC
Le SNALC dans les médias
Mobi SNALC
Les Actualités
Les Parcours - La Carrière
Echelons, corps, grades
Formation, concours, stagiaires
Mutations, détachements
Les publications
Fiches Infos
Guides
La revue Quinzaine Universitaire
Le bulletin trimestriel
Lettres électroniques
Lettre hebdomadaire
Lycée
Lycée professionnel
Premier Degré
Second Degré

Quel temps de travail dois-je effectuer ?

C’est une réalité, notre temps réel de travail manque vraiment de transparence et fait l’objet des mystères les plus opaques. Si ce temps peut s’avérer variable selon l’expérience, il ne faut pas tomber dans le piège de la surcharge et de l’épuisement qui nous tend les bras. Ne comptez pas sur la hiérarchie pour vous éclairer sur ce point car elle incitera toujours à travailler plus qu’il ne faudra pour assurer son service. Mais alors, sur quel volume horaire s’appuyer pour organiser son travail ?

 

Selon les dispositions légales, les professeurs des écoles sont tenus d’assurer :

 

Par ailleurs, des dispositions supplémentaires encadrent le temps de travail comme suit :

  • La durée hebdomadaire du travail effectif ne peut excéder ni 48h au cours d’une même semaine, ni 44h en moyenne sur une période de 12 semaines consécutives.
  • Le repos hebdomadaire ne peut être inférieur à 35h.
  • La durée quotidienne du travail ne peut excéder 10h.
  • Le repos minimum quotidien est de 11h.
  • L’amplitude maximale de la journée de travail est fixée à 12h.
  • Aucun temps de travail quotidien ne peut atteindre 6h sans bénéficier d’un temps de pause d’une durée minimale de 20 min.

 

Ces obligations horaires précitées incombent à tous, peu importe l’expérience acquise.

 

Quid donc de toutes ces heures passées à la préparation des enseignements, la rédaction des documents préparatoires, la documentation ou les multiples corrections d’élèves ? Quid de tout ce travail que l’on qualifie « d’invisible » mais intrinsèque à la profession, sans lequel toutes ces heures d’enseignement seraient vides de toute substance ?

 

Malheureusement, rien ne coordonne cette part de travail qui est (dé)laissée à la responsabilité de chacun. S’il est indéniable qu’en début de carrière ou lors d’une première affectation sur un niveau, les préparations se multiplient pour assurer les enseignements, il reste néanmoins indispensable de préserver sa vie personnelle et sa santé et ce, tout au long de sa carrière.

 

L’équilibre doit donc être trouvé en favorisant la réutilisation de travaux fructueux, l’apprentissage par la répétition des gestes et enseignements, l’utilisation de matériels à difficulté progressive pouvant servir sur plusieurs périodes, l’auto-évaluation/correction des élèves, la mutualisation d’activités entre collègues mais surtout en évitant de s’éparpiller dans de multiples projets chronophages qui pourront impacter votre état de santé et votre vie personnelle. Le SNALC recommande de passer plus de temps en début d’année pour mettre en place une organisation adaptée à cette fin, plutôt que d’en passer beaucoup plus tout au long de l’année pour répondre à un objectif similaire : mettre ses élèves en situation de réussite.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi