Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Collège
Dossiers
Rémunérations
Retraite
Le SNALC
Avantages SNALC
Le SNALC dans les médias
Mobi SNALC
Les Actualités
Les Parcours - La Carrière
Echelons, corps, grades
Formation, concours, stagiaires
Mutations, détachements
Les publications
Fiches Infos
Guides
La revue Quinzaine Universitaire
Le bulletin trimestriel
Lettres électroniques
Lettre hebdomadaire
Lycée
Lycée professionnel
Premier Degré
Second Degré

Réformite sans fin : les PLP dans la tourmente

© Businessman against vortex background.

Comme pour tous les enseignants, le SNALC revendique une revalorisation salariale à la hauteur d’une expertise pédagogique qui ne doit pas être remise en question et de leur charge de travail spécifique. Les Professeurs de Lycée Professionnel sont des enseignants, pas des formateurs, et ils doivent le rester dans le respect de leur statut. C’est pourquoi le SNALC s’oppose à la réforme des lycées professionnels qui, dans la lignée de la précédente réforme de la transformation de la voie professionnelle, parachève de gommer la frontière entre formation initiale et continue. 

Pour autant, le SNALC n’a pas une opposition de principe à l’apprentissage, lorsqu’il est justement rémunéré et consenti. 

La volonté de transformer chaque lycée professionnel en centre de formation professionnelle au service des entreprises locales est parfaitement illustrée par la création d’un bureau des entreprises. 

L’aménagement de l’année de terminale avec ses parcours différenciés souligne une nouvelle fois la volonté ministérielle de rogner sur les temps de formation académique, tant en enseignement général qu’en enseignement professionnel, sans s’interroger pour autant sur la volonté et la capacité des entreprises à

accueillir des élèves en leur sein.

Tous les PLP, sous le coup de la réformite qui sévit depuis 2018 déjà, sont épuisés ; mais ceux intervenant dans les bacs professionnels tertiaires administratif et commercial sont particulièrement déboussolés par les annonces et les démentis qui s’enchaînent sur le devenir de ces formations. 

À quand une accalmie dans cette frénésie de réformes et, pour redonner courage à la profession, la prise en compte des revendications portées par le SNALC pour le lycée professionnel ? 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi