Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Collège
Dossiers
Rémunérations
Retraite
Le SNALC
Avantages SNALC
Le SNALC dans les médias
Mobi SNALC
Les Actualités
Les Parcours - La Carrière
Echelons, corps, grades
Formation, concours, stagiaires
Mutations, détachements
Les publications
Fiches Infos
Guides
La revue Quinzaine Universitaire
Le bulletin trimestriel
Lettres électroniques
Lettre hebdomadaire
Lycée
Lycée professionnel
Premier Degré
Second Degré

VAE, CPF, CFP, EAFC : quel dispositif choisir ?

© Arrow sketch on blackboard and pretty young woman smiling to camera. Concept of decision making

Le SNALC est conscient de la mutation du métier de PE. Chacun peut avoir envie au cours de sa carrière de changer d’orientation. Voici différents dispositifs qui accompagnent et facilitent l’évolution professionnelle, même s’ils sont souvent longs à mettre en œuvre.

La VAE (validation des acquis de l’expérience)

La VAE permet de faire reconnaître les compétences acquises par l’expérience en vue de l’obtention de tout ou partie d’un diplôme, d’un titre ou d’un certificat de qualification professionnelle. Un nouveau décret concernant les modalités d’accès à la VAE pour les PE a été publié le 27 décembre 2023. L’accès à ce dispositif devrait ainsi être facilité.

Le compte personnel de formation (CPF)

Le CPF peut être utilisé dans le cadre de la construction d’un projet d’évolution professionnelle personnalisé. Les actions de formation suivies ont lieu, en priorité, pendant le temps de travail (150 h maximum).

Le PE doit faire sa demande au RH de proximité ou via un formulaire en ligne, selon la DSDEN. Une fois le CPF accepté (ce n’est pas systématique), les frais pédagogiques sont pris en charge, dans la limite de 1 500 € (2 500 € dans certains cas).

Le congé de formation professionnelle (CFP)

Le CFP est accessible dans la limite des crédits disponibles par académie, au bout de trois ans de services effectifs.

Il ne peut dépasser 3 ans sur la carrière mais une année seulement est indemnisée à hauteur de 85 % du salaire brut et de l’indemnité de résidence (deux ans sous conditions). Le CFP peut être fractionné. Il permet au PE de rester titulaire de son poste et de garder ses droits à l’avancement et à la retraite.

Si le congé est accordé, le PE doit s’engager à rester au service de l’État (d’une administration, pas seulement l’Éducation nationale…)  pendant une période dont la durée est égale au triple de celle pendant laquelle il a été en congé. Cependant, le PE peut être dispensé, à sa demande, de cette obligation. (1)

L’école académique de formation continue (EAFC)

Au-delà des 18 heures de formation obligatoire (108 h), les PE peuvent bénéficier, à leur demande et en toute autonomie de choix, de formations dispensées par l’EAFC. Ainsi, les PE deviennent acteurs de la construction de leur parcours de formation. Ils sont invités à se préinscrire, le plus souvent en fin d’année scolaire – voire en cours d’année dans certains départements – pour suivre une ou plusieurs formations. À noter que dans nombre de départements, la formation est limitée en termes d’offres et de places.

La plupart de ces dispositifs demandent beaucoup de temps, que ce soit pour démarrer le processus ou pour obtenir des réponses (RDV, calendrier contraint, refus…). Pour connaître les astuces, les formulaires à remplir et contacter les services adéquats, les PE peuvent se faire accompagner par Mobi-SNALC, dispositif exclusif destiné aux adhérents du SNALC souhaitant évoluer professionnellement.


(1) Décret n°2007-1470 du 15 octobre 2007 relatif à la formation professionnelle tout au long de la vie des fonctionnaires de l’Etat : https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000017767427/

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi