Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
AESH
Collège
Dossiers
Rémunérations
Retraite
Le SNALC
Avantages SNALC
Le SNALC dans les médias
Mobi SNALC
Les Actualités
Les Parcours - La Carrière
Echelons, corps, grades
Formation, concours, stagiaires
Mutations, détachements
Les publications
Fiches Infos
Guides
La revue Quinzaine Universitaire
Le bulletin trimestriel
Lettres électroniques
Lettre hebdomadaire
Lycée
Lycée professionnel
Premier Degré
Second Degré

Attractivité du métier d’enseignant : concertation du 13 septembre 2023

Concertation multilatérale sur l’attractivité du métier d’enseignant
Compte rendu du SNALC
 

THÈME

Réunion introductive sur l’attractivité du métier d’enseignant (d’autres échanges auront lieu par la suite).

L’ESSENTIEL

Déclaration intersyndicale lue au nom de l’ensemble des syndicats représentatifs, dont le SNALC.

  • D’autres échanges auront lieu sur les autres métiers du ministère ; dans cet échange, on ce concentre sur les enseignants.
  • Présentation globale d’un « plan attractivité » d’ici la fin de l’année.
  • Enjeu de fidélisation des enseignants, avec le problème de l’absence de réelle revalorisation en milieu/2e partie de carrière.
  • 3 chantiers : formation initiale, évolutions de carrière (accompagnement à la prise de poste, passage à la hors-classe, changement de métier au cours de la carrière), conditions de travail.

LE SNALC A INSITÉ SUR…

  • Le rattrapage salarial auquel les enseignants ont droit, sans lequel tout ce que le ministère pourra dire (et faire) sur l’« attractivité » n’aura pas d’effet, ou si peu. Nous demandons que ce soit le premier des chantiers et que l’on arrive, enfin, à une programmation pluriannuelle de ce rattrapage salarial.
  • Les chiffres objectifs de la crise d’attractivité — enquête bien-être de la DEPP, temps de travail réel, chiffres hausse des départs volontaires (stagiaires, mais aussi titulaires).
  • Le refus de toute forme de « pacte » et « de travailler + pour gagner + » dans le cadre d’un échange sur l’attractivité.
  • La volonté de ne pas se disperser sur une multiplicité de sujets. Pour le SNALC, les priorités sont le salaire, le taux d’encadrement / la taille des classes, l’amélioration du mouvement, la remise à plat du fonctionnement de l’école inclusive en y associant les syndicats représentatifs (nous attendons beaucoup des échanges annoncés sur ce sujet).
  • Le SNALC rappelle que faire entrer des stagiaires à temps plein dans le métier a toujours été une folie, et que toute réforme de la formation initiale doit aller vers une entrée progressive. De même, la fin de carrière, qui intervient de + en + tard, devrait être une sortie progressive.

L’AVIS DU SNALC

La crise de recrutements est aujourd’hui structurelle, et d’une ampleur jamais connue sous la Ve République. On ne pourra pas se contenter de blabla. Le SNALC jugera donc ce travail ministériel en fonction de son impact sur la feuille de paye et sur les conditions réelles d’exercice. Sans rattrapage salarial, sans amélioration sensible du travail quotidien (gestion de classe, réunionite, réformite, gestion au rabais de l’école inclusive…), cette concertation sera, une fois de plus, une perte de temps.

Le SNALC note que c’est la première fois qu’un ministre reconnaît les problèmes posés par la stagnation (et donc la perte de pouvoir d’achat) du milieu et de la seconde partie de carrière. Le SNALC rappelle que le rattrapage salarial doit concerner tous les collègues, quelle que soit leur ancienneté. Ce n’est pas 92 ou 95 euros par mois qui vont changer quoi que ce soit à la crise. Ce sont 900 à 1 000€ par mois qui le peuvent.

Déclaration intersyndicale à l’ouverture de la concertation sur l’attractivité du métier enseignant

Vous ouvrez aujourd’hui cette concertation sur l’attractivité du métier enseignant dans un contexte particulier. Tous les chiffres le montrent : le choc d’attractivité n’a pas eu lieu. Près de 3000 postes non pourvus aux concours de recrutement du 1er et du 2d degré, une nouvelle promesse non tenue, celle d’avoir un professeur devant chaque classe à la rentrée, des petites annonces fin août sur le site de Pôle Emploi ou sur Facebook… Voilà donc l’état de l’Éducation nationale en cette rentrée 2023.

Pour nos organisations syndicales, les mesures salariales prises par votre prédécesseur marquent un premier pas mais restent insuffisantes au regard du déclassement salarial de nos professions et de la persistance de l’inflation.

Quant au Pacte, c’est un dispositif qui ne répond en rien aux attentes des collègues. Loin de contribuer à la revalorisation attendue par toutes et tous, il va conduire à un alourdissement de la charge de travail des personnels alors que la majorité est déjà en état d’épuisement avancé, comme le montrent les enquêtes de votre ministère. Dans le contexte de négociation des nouveaux plans d’action Égalité professionnelle dans notre ministère, où la demande sociale est forte, le Pacte porte le risque avéré d’aggraver les inégalités femmes/hommes.

Le Pacte va aussi considérablement dégrader le fonctionnement des écoles et des EPLE et fragiliser les collectifs de travail par une mise en concurrence des personnels. Nous contestons le choix du déploiement des réformes à coup de Pactes au risque de traitements inéquitables des élèves dans le service public d’éducation. Cette stratégie est démultipliée pour la voie professionnelle. Nous dénonçons le passage en force du ministère sur le Pacte alors que toutes les organisations syndicales ont manifesté, à plusieurs reprises, leur opposition au Pacte.

Monsieur le Ministre, vous vous dites très attaché au dialogue social. Entendez ce que nous disons depuis des mois au sujet des dysfonctionnements générés par les dernières mesures, ne méprisez pas le dialogue avec les représentants des personnels avant toute annonce sur l’École !

Nos organisations refusent le Pacte et réclament dans l’immédiat le basculement de l’enveloppe dans celle prévue pour des mesures sans contreparties. Elles revendiquent de véritables augmentations salariales en particulier par une augmentation significative du point d’indice pour tous les personnels dans ce contexte de forte inflation.

Par ailleurs, cette rentrée est aussi marquée par une pénurie de bien d’autres personnels, dans le 1er degré comme dans le 2d degré. Il manque des AESH, plaçant des familles, des élèves et des équipes pédagogiques dans des situations très difficiles. Il manque aussi des CPE, des Psy-EN, des AED, des personnels de santé, de service social, des personnels administratifs et techniques, des personnels d’inspection et de direction. Ce manque de personnels récurrent dégrade les conditions de travail de toutes et tous. Les personnels de tous les métiers sont indispensables au fonctionnement de notre service public. Pour nos organisations, c’est bien l’ensemble des personnels de ce ministère qui doivent être concernés par des mesures salariales significatives et l’amélioration des conditions de travail dont la nette dégradation pèse sur l’attractivité de nos métiers.

Monsieur le ministre, vous prenez vos fonctions dans un contexte très particulier pour l’Éducation nationale : pénurie de personnels alors même que les besoins de recrutements à court et moyen terme sont importants (329 000 enseignants à recruter d’ici 2030 selon la DARES), fossé grandissant entre la réalité que les personnels vivent et les déclarations ministérielles, présidentielles, ce qui alimente une défiance grandissante envers la parole politique … L’Éducation nationale ne peut se gouverner sans ou contre les personnels et leurs représentants. Une concertation sur l’attractivité de nos métiers sans mesures salariales poursuivies et sans prise en compte des conditions de travail ne conduirait qu’à aggraver la crise que traverse l’Éducation nationale et dont vous serez alors, comme vos deux prédécesseurs et le président de la République, largement responsable.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi